La femme et l'industrie de la couche ; un engrenage sans fin. (Vraiment ? Brisons la machine.)

01 fvrier 2017

Faites-vous partie de ces femmes qui semblent si joyeuse (?!) d’expérimenter des fuites d’urine ? Porter une serviette, ça vous donne envie de danser, vous aussi ? Les publicistes sont loin d’avoir atteint leur objectif avec moi, leurs publicités me font plutôt grincer des dents… Normal, direz-vous, pour une physiothérapeute en rééducation périnéale et pelvienne ! Si vous avez le courage de me lire jusqu’au bout, peut-être ressentirez-vous aussi un petit arrière-goût d’amertume.

Allons-y avec une statistique bien connue de ma race (voir ici physiothérapeute en rééducation périnéale et pelvienne) : 50% des femmes de 55 ans et plus vivent de l’incontinence urinaire. Saperlipopette, c’est beaucoup de femmes, ça ! Commencez-vous à voir où je me dirige tranquillement ? Considérant que la population se fait vieillissante et que la femme continue de battre l’homme de quelques années du point de vue longévité… (On commence à sentir le filon ici !) Je ne suis pas tellement surprise de voir l’ampleur que les compagnies de serviettes et culottes d’incontinence sont prêtes à investir en publicités. On y vante le confort, la minceur et le haut niveau d’absorption de leur produit. Tellement élégant, pourquoi ne pas tout simplement se promener en petite culotte ? (Certaines d’entre-vous ont sûrement deviné à quelle publicité je réfère, ici ! Franchement n’importe quoi, celle-là !) Et pourquoi ne pas revamper les emballages aux 6 mois, question de faire croire en l’amélioration du produit… On cherche assurément à attirer votre œil (avec l’espoir de plonger dans votre portefeuille). Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais une lutte féroce fait rage dans le domaine de la serviette anti-pipi. Qui sortira vainqueur ? J’ai le regret de vous annoncer que ce ne sera assurément pas vous. Imaginez, après 40 ans de bons et loyaux services à porter leurs serviettes hygiéniques, vous avez une chance sur deux d’avoir encore besoin de serviettes, mais pour l’urine cette fois-ci ! Qui veut perdre la rentabilité d’une aussi bonne cliente que vous ? Pas étonnant que des géants de la menstruation se jettent désormais dans la mêlée ! (Vous aurez peut-être deviné quelle compagnie j’ai en tête…)

Les serviettes sont supposément de plus en plus performantes côté anti-odeur (bizarre, car il s’agit encore d’une crainte fréquente chez ma clientèle…) et anti-moiteur (je vois encore des lésions cutanées de macération…), de plus en plus minces (à ce rythme, elles seront bientôt invisibles !) et de plus en plus absorbantes. Vous pouvez retourner à toutes vos activités favorites sans aucun souci ! D’une discrétion assurée, vous oublierez que vous portez une protection ! Vraiment ? Ont-ils déjà tenter de porter un « pad » dans leur maillot de bain ? Je doute qu’une fois sous l’eau, l’ultra absorption soit un atout ! Et ça ne passera probablement pas inaperçu !

On voit désormais une nouvelle mode dans le marketing de la couche. On tente de normaliser la fuite urinaire et de rajeunir l’image de la femme incontinente. (Quand vous toussez ? Quand vous riez ? Quand vous dansez ? Elles aussi !) C’est bien, dans un sens car on lève un tabou et on exprime le fait que l’incontinence urinaire n’a pas d’âge. On dédramatise la situation car, effectivement, il n’y a pas mort d’homme. Mais là s’arrête mon encensement de la chose pour deux raisons. Premièrement, je doute fort qu’il y ait un élan de charité derrière cette démarche si peu subtil de la part de l’industrie. On cherche à vous entortiller plus jeune dans le monde des serviettes d’incontinence. On veut vous siphonner encore un peu beaucoup de sous. Deuxièmement, on vous offre de pallier à ce nouveau problème en utilisant un objet qui sera facile d’utilisation puisque la majorité des femmes en utilise depuis leur adolescence. À mon sens, on joue sur la naïveté des femmes en ne vous offrant qu’une alternative pour « régler » (en quoi ça règle l’incontinence ?) ce nouveau problème grâce à l’utilisation d’un « plaster » que l’on devra changer aux quelques heures ou tout au plus, à tous les jours… $$$ Je ne suis pas d’accord avec l’idée de laisser croire à ces innombrables dames (on se rappelle, 50% des femmes de 55 ans et plus, et ça augmente avec l’âge !) que la seule solution à ces embarrassantes fuites urinaires, c’est de porter, une fois de plus, des « couches » et de vivre avec ce gênant problème jusqu’à la fin de leurs jours. Jours qui sont, souhaitons-le à cet âge, encore nombreux ! Or, cette situation est loin d’être fatidique et il est tout à fait possible d’y remédier par quelques semaines d’exercices de renforcement du périnée ! Bon, d’accord. Soyons franc, il existe bien quelques autres facteurs auxquels il faut aussi remédier. Ceux-ci seront discutés dans un prochain sujet de blogue.

Probablement par souci d’appât du gain, la gente masculine n’est pas en reste. En effet, perdre son pipi, ce n’est pas l’apanage exclusif de la gentille dame. Messieurs, attention car la tendance est en hausse. En effet, avec le dépistage de plus en plus de cas de cancer de la prostate, une nouvelle religion de la prostatectomie (c’est-à-dire intervention chirurgicale où l’on retire ladite prostate) est née. Ce que l’on omet tout le temps souvent de mentionner avant cette intervention qui semble souvent inévitable, c’est que dans plus de 10% des cas, vous ferez pipi sur vous, chers messieurs. Et pas rien qu’un peu. Vous avez donc désormais droit à vos propres produits dont le design est conçu pour épouser et contenir cette partie d’anatomie spécifique d’où s’écoule contre votre gré le pipi.

Je ne tiens par contre pas à diaboliser totalement le produit. En effet, certaines situations justifient tout à fait son utilisation. Une maladie soudaine (ah, la méchante pneumonie !), un accouchement récent, une chirurgie ou même en attendant que les exercices fassent leur effet (hélas, les « Kegels » n’agissent pas instantanément…), il faut une alternative pour temporairement gérer (et non régler) la situation. Mais une utilisation permanente comme le suggère l’industrie ? Je trouve cela bien triste et suis contre cette idée.

Sachez que si l’idée de porter des couches ou des serviettes, aussi minces, absorbantes, discrètes (alouette !) soient-elles vous rebute ; eh bien je suis d’accord avec vous. Rebellez-vous et musclez votre périnée ! Restez à l’affût, la continence bientôt disponible chez une physiothérapeute près de chez vous !